subscription Vérifiez l'abonnement
Langues

Innovation

La sécurité est au cœur des décisions et des missions quotidiennes des équipes du Tunnel du Mont-Blanc.

De nouveaux équipements ont été déployés pour optimiser la sécurité de l’ouvrage, et des études en matière de lutte contre l’incendie sont régulièrement menées.

Un nouveau tunnel en 2002

En 2000, un programme de travaux de plus de 400 millions a été réalisé, grâce à l’action conjointe des autorités de tutelle, des forces de secours, des sociétés concessionnaires ATMB et SITMB, puis du GEIE du Tunnel du Mont-Blanc (GEIE-TMB). Ce programme s’est articulé autour de 4 grands axes : la refonte des installations de sécurité, le renforcement des moyens de secours, la création d’une structure unique d’exploitation en 2001 (GEIE-TMB), la mise en place d’un nouveau règlement de circulation.
Il a conduit à l’ouverture en 2002 d’un nouveau tunnel répondant à de très hautes exigences en matière de sécurité, doté d'une organisation binationale intégrée et des équipements les plus modernes : pilotage informatisé et centralisé des dispositifs de sécurité, détection automatique d’incident fondée sur l’analyse de 35 000 données collectées dans le tunnel (caméras, capteurs…), présence permanente de pompiers dans les postes d'intervention situés aux deux entrées et au centre du tunnel, nouveaux dispositifs pour la protection des usagers (nouvelle conception des abris sécurisés) et la gestion de la circulation en cas d’événement (demi-barrières sur toute la longueur du tunnel, communication des consignes de sécurité sur les autoradios des usagers), etc.

Une politique de sécurité soutenue par une innovation permanente

Depuis la réouverture en 2002, des investissements sont réalisés chaque année pour mettre les toutes dernières technologies au service de la sécurité du Tunnel du Mont-Blanc. L'innovation constitue en effet un pilier de la politique de sécurité du Tunnel. De la veille technologique au déploiement de dispositifs de pointe, de l'amélioration à la rénovation des équipements, les dirigeants et collaborateurs du Tunnel du Mont-Blanc sont attachés à maintenir l'ouvrage parmi les références mondiales en matière de sécurité.

Un véhicule spécifique d’intervention contre les incendies

Quatre véhicules de dernière génération ont remplacé en 2013 les célèbres Janus . Ils arment les trois postes d’intervention immédiate permanents.
Unique au monde, ce véhicule est doté d’équipements innovants lui permettant d’avoir une puissance accrue d’action, en améliorant la protection des équipes d’intervention:

  • une force de frappe triplée pour lutter contre le feu avec une capacité de 12 000 litres (au lieu de 4 000 litres pour les Janus). Ce réservoir apporte une autonomie d'intervention de 15 minutes sans réalimentation;

  • un débit du canon à eau accru et variable, de 1000 à 2000 litres par minute;

  • une cabine surbaissée à 70 cm de hauteur de plancher. Ce dispositif assure une meilleure visibilité au conducteur, qui se trouve ainsi en dessous du niveau des fumées;

  • l'amélioration de l'autoprotection du véhicule et des équipes d'intervention avec la possibilité de générer un tapis de mousse coupe-feu, notamment en cas de présence d'hydrocarbures au sol;

  • un dispositif de surpression de la cabine pour empêcher les fumées d’y pénétrer;

  • un radar laser permet de déterminer la position exacte du camion dans le tunnel. Il est complété par une caméra thermique facilitant la progression du véhicule dans des conditions de visibilité très réduites. 

Le pilotage des équipements de sécurité : intégrer les toutes dernières technologies

La Gestion Technique Centralisée (GTC) est un système de pilotage informatisé des équipements de sécurité. Il analyse 35 000 données issues de différents outils de surveillance – caméras, capteurs, détecteurs, etc. – et signale, via la détection automatique d'incidents, toute anomalie aux opérateurs du poste de contrôle. Selon la nature de l’événement, la GTC propose des procédures préétablies et l’activation des équipements de sécurité adaptés : affichage de la signalisation pour diffuser les consignes de sécurité aux usagers, déclenchement de la ventilation, interruption totale ou partielle au trafic avec abaissement des demi-barrières, etc.
Une nouvelle GTC, dénommée LOGOS (acronyme de Localiser, Organiser et Gérer les Opérations de Sécurité) est en service au Tunnel du Mont-Blanc depuis fin novembre 2016, à l’issue d’une longue et complexe activité de tests (environ 12.000) effectués durant une année (sur 25 nuits d’interruption totale de la circulation), et plus d’un million de points de contrôle. Ce système de pilotage intègre les toutes dernières technologies, notamment en matière de traitement des données, de gestion de l’exploitation du tunnel en état standard et d’outils de simulation pour la formation des équipes.

Etude sur le comportement des flux d'air

La qualité du système de ventilation représente un élément essentiel pour la sécurité des usagers et des équipes du GEIE du Tunnel du Mont-Blanc. Celui-ci vise notamment à contenir les fumées dans une zone la plus restreinte possible et d'éviter ainsi leur propagation. Les flux d’air jouent un rôle déterminant dans la mise en œuvre de ce dispositif. Ceux-ci dépendent tout à la fois des courants naturels, de la ventilation et de l'extraction réalisées en cas de désenfumage.
Une étude est en cours pour affiner les connaissances de ces phénomènes et renforcer encore l’efficacité des systèmes de ventilation.
Un véhicule électrique a été conçu et développé pour cette étude, en partenariat avec l'Université de Modène. Ce prototype est équipé d’anémomètres et d’instruments destinés à mesurer et enregistrer un ensemble de données tout au long du tunnel, en tenant compte de plusieurs paramètres : présence de véhicules, interaction entre les différents modes de ventilation, conditions de pression, etc. Les conclusions de ces tests seront exploitées pour optimiser le système de ventilation intégré à la nouvelle Gestion Technique Centralisée.

Les études sur la mitigation incendies

Le GEIE-TMB a conduit en 2012, sur le site espagnol de San Pedro de Anes (dans un tunnel spécialement édifié afin d’effectuer en grandeur réelle des expérimentations de systèmes d’extinction), des expérimentations de systèmes de mitigation des incendies. Le mot « mitigation » est un terme abscons cher aux spécialistes de gestion des risques qui signifie « atténuation ». Les systèmes de mitigation ne sont donc pas des systèmes d’extinction mais ce sont des dispositifs qui permettent de contenir les incendies et d’en limiter les effets dommageables. Ce programme de recherche s’est orienté sur quatre objectifs prioritaires en cas d’incendie : la sécurité des usagers, la sécurité des services de secours, la limitation des dégâts sur les infrastructures et la limitation de la période d’indisponibilité de l’ouvrage.
Les résultats de ces études ont été présentés lors de différents congrès ; ils ont été également partagés avec les gestionnaires d’autres tunnels routiers, et font l’objet de publication dans différentes revues spécialisées.
Dans sa mission de veille technologique, le GEIE-TMB continuera à être attentif à toute nouvelle technologie visant à améliorer la sécurité du tunnel.

Pièces jointes

Études expérimentales et numériques pour l’évaluation du brouillard d’eau dans le Tunnel du Mont Blanc
document
Téléchargez

Service innovation et transition numérique

Le GEIE-TMB poursuit l’ambition de développer l’innovation et la transition numérique au service de la sécurité, de la satisfaction clients et de l’environnement.
Un audit préliminaire des quatre départements du GEIE-TMB, ainsi que des services fonctionnels de direction, a été réalisé, afin d’identifier les axes stratégiques d’Innovation et de transition numérique. Le schéma ci-dessous en synthétise la substance.

Challenge Innovation

Afin de tirer partie de l’intelligence collective de l’entreprise, le comité de direction a lancé un Challenge innovation interne, et confié sa coordination au service innovation et transition numérique. L’ensemble du personnel a été invité à générer des idées autour de 3 thèmes prioritaires : la sécurité des usagers, la satisfaction des clients, l’environnement.
Le Challenge innovation GEIE-TMB en chiffres : 222 personnes concernées - 109 idées générées - 10 sujets explorés pendant 12 semaines - 56 explorateurs internes mobilisés avec 424.5 heures cumulées d’exploration - 35 entreprises partenaires sollicitées - 4 équipes récompensées - 1 an de durée.
We use cookies to ensure you get the best experience on our website. By using this website, you accept terms and conditions in full.