subscription Vérifiez l'abonnement
Langues

L’engagement en faveur de l’environnement

Le Tunnel du Mont-Blanc est situé dans un site exceptionnel au cœur des Alpes.

Il est donc naturellement engagé dans la préservation de l'environnement. Ainsi, depuis plusieurs années, des solutions innovantes sont déployées dans ce domaine. Celles-ci portent tant sur les véhicules empruntant le tunnel que sur le fonctionnement de celui-ci.

Surveillance permanente de la qualité de l’air

A l’extérieur et sur les itinéraires d’accès, des organismes indépendants mandatés par les autorités régionales effectuent quotidiennement des mesures de contrôle des taux de pollution, de concentration des poussières et du niveau de bruit.
En France, les mesures sont effectuées par Air APS (Ain et Pays de Savoie), alors qu’en Italie, elles le sont par ARPA (Agence Régionale pour la Protection de l’Environnement).
A l’intérieur du tunnel, des capteurs permettent de connaître instantanément de la qualité de l’air en tout point de l’ouvrage. Le système de ventilation permet de réagir automatiquement, sous le contrôle des opérateurs de surveillance du trafic.

Climatiseurs à eau

Le Tunnel du Mont-Blanc est équipé de climatiseurs afin de maintenir une température constante de 20°C dans ses locaux techniques : en effet les nombreux serveurs et équipements informatiques émettent une chaleur importante qui doit être régulée afin d'assurer leur bon fonctionnement.
En 2012, le GEIE-TMB a choisi de remplacer les climatiseurs à gaz par des climatiseurs à eau, alimentés par les eaux de ruissellement en provenance de la montagne. Bénéficiant d'une température constante de 9°C tout au long de l'année, cette eau permet un refroidissement naturel et une réduction de la consommation d’énergie.
Ce système a été déployé à titre expérimental dans les locaux techniques situés au centre de l'ouvrage, faisant du Tunnel du Mont-Blanc le premier exploitant d'équipements routiers à utiliser un dispositif de ce type.

Filtre à particules

Un filtre à particules a été mis en service en 2011 à proximité de l'entrée française du Tunnel du Mont-Blanc. Cette technologie innovante permet de capter une partie des particules fines émises par les véhicules, et évite ainsi leur rejet dans l’atmosphère.

Bornes de recharge rapide pour véhicules électriques

Afin de contribuer à développer le tourisme doux dans les vallées aux pieds de la chaîne du Mont-Blanc, le GEIE-TMB a installé sur chacune des deux plates-formes une borne de recharge pour les véhicules électriques destinée aux usagers : la borne de la plate-forme française est intégrée au réseau public français du Syane, celle de la plate-forme italienne au réseau public italien Duferco.

Challenge Innovation

L’un des trois thèmes du Challenge innovation GEIE-TMB lancé en 2018 a été “l’environnement”. De nombreux sujets ont été identifiés et sont à l’étude : construction d’une centrale hydro-électrique sur chacune des deux plates-formes du Tunnel du Mont-Blanc, afin d’exploiter le débit naturel des eaux issues du canal d’exhaure du tunnel (eaux d’infiltration) et ainsi générer de l’électricité ; utilisation de véhicules de service électriques rechargeables par boucles à induction ; réduction de la consommation énergétique des bâtiments ; rendre les accélérateurs en voûte du tunnel réversibles, afin de générer de l’électricité, et également remplacer les pales actuelles par des pales en carbone afin de réduire la consommation électrique des accélérateurs.

Vers le guidage autonome en tunnel : le Platooning

Un des sujets majeurs portés par le GEIE-TMB est le guidage des véhicules en tunnel. En particulier, l’attention est portée sur une technologie, existante en théorie, mais résolument innovante d’un point de vue pratique : le Platooning. 
Du mot anglais « platoon », signifiant « groupe », le Platooning consiste à connecter des véhicules entres eux, numériquement, afin que l’un des véhicules du groupe « conduise » pour les autres membres du groupe. Cette technologie est destinée aux véhicules poids lourds, et pourrait trouver des intérêts stratégiques pour notre activité de gestionnaire du Tunnel du Mont Blanc.
Tout d’abord, cette technologie pourrait réduire le risque d’incident en tunnel, en confiant la conduite de plusieurs poids lourds à un seul conducteur. Ensuite, cette technologie créant un lien numérique entre les véhicules, permettrait d’améliorer la fluidité du trafic dans le tunnel et la réactivité lors d’un arrêt en tunnel.
Enfin, cette technologie permettrait de réduire la consommation de carburant des poids lourds suiveurs et participer ainsi à notre action en faveur de l’environnement, engagée depuis plusieurs années. 
Ce concept n’est pas encore déployé en Europe. Pour autant, compte tenu des avantages énoncés, le GEIE-TMB, en étroite collaboration avec les sociétés concessionnaires ATMB et SITMB, est devenu membre de l’ETPC (European Truck Platooning Challenge – Challenge Européen du Platooning de poids lourds). Ainsi, le GEIE-TMB porte la voix du Tunnel du Mont Blanc et plus largement de l’ensemble des tunnels au niveau européen. Le Tunnel du Mont Blanc a proposé son domaine comme terrain d’expérimentation, afin d’accélérer le déploiement technique. Le GEIE-TMB participe désormais à des événements au niveau du Parlement Européen afin de contribuer à créer le contenu réglementaire et normatif pour rendre le Platooning une réalité sur notre réseau binational.

Routes thermorégulées

Le service innovation et transition numérique du GEIE-TMB est en charge de l’étude de l’opportunité de réaliser des échanges thermiques avec les eaux issues du canal d’exhaure du tunnel (eaux d’infiltration) pour permettre d’une part le réchauffement des chaussées des plateformes l’hiver et ainsi limiter l’utilisation de sels de déneigement, d’autre part le maintien à température faible les enrobés l’été, et ainsi en prolonger la longévité.

La répartition du trafic poids lourds par catégorie de pollution

A partir de 2002 (année de réouverture au trafic) jusqu’en 2013, et encore en 2018, une tarification écologique visant à inciter les transporteurs à utiliser les véhicules les plus récents, équipés de dispositifs anti-pollution modernes et efficaces, a été appliquée. Les tarifs de péage pour les véhicules les moins performants sur le plan environnemental étaient assujettis à une majoration.
Parallèlement, les autorités compétentes ont progressivement "sélectionné" les véhicules autorisés à circuler dans le Tunnel du Mont-Blanc, en limitant le passage uniquement aux catégories d'Euro pollution les plus performantes en matière de protection de l'environnement (Euro 4, 5 et 6). La dernière disposition en la matière concerne l'interdiction aux véhicules de transport de marchandises >7,5t classés Euro 3, en vigueur le 1er janvier 2019.
We use cookies to ensure you get the best experience on our website. By using this website, you accept terms and conditions in full.